Argentine et Bolívar, au cœur du réseau métropolitain parisien

Le métro parisien, tout comme sa ville, évoque de grands moments de l’Histoire : des lieux phares de la capitale, des dates symboliques ou encore des personnages célèbres donnent leur nom à certaines stations de métro. L’Amérique latine est représentée par deux stations : Argentine (ligne 1) et Bolívar (ligne 7bis).

La ligne 1 du métro parisien est bien connue car elle est l’une des artères principales qui traverse la ville de l’est – en commençant à Château de Vincennes – et finissant à l’ouest à La Défense. La ligne jaune est également une des préférées des touristes grâce à des stations telles que Nation, Bastille, Hôtel de Ville, Palais Royal Musée du Louvre, Champs Elysées Clemenceau et Charles de Gaulle Etoile.

Parmi ces stations, il y en a une qui a le mérite d’être la seule à Paris à avoir le nom d’un pays : Argentine. Nous pouvons bien sûr nommer d’autres arrêts qui évoquent un lieu dans le monde : Europe (ligne 3), Rome (ligne 2), Anvers (ligne 2), Place d’Italie (ligne 5, 6 et 7), Crimée (ligne 7), Porte d’Italie (ligne 7) et Liège (ligne 13). Cependant, la station Argentine n’est pas seulement le nom d’un territoire en Amérique latine, elle est aussi un lieu grâce auquel nous pouvons en apprendre un peu plus sur l’histoire et la culture de ce pays sous le sol de Paris.

Le réseau métropolitain de Paris est composé de 16 lignes, 302 stations nominales et a 219,9 kilomètres de longueur.

Le réseau métropolitain de Paris est composé de 16 lignes, 302 stations nominales et a 219,9 kilomètres de longueur.

Le 1er septembre 1900, la station Obligado fut ouverte. Elle prenait son nom de la rue avec le même nom et attribué en mémoire de la Bataille de la Vuelta de Obligado, laquelle célébrait la victoire des Français et des Britanniques contre l’Argentine le 20 novembre 1845. Cette intervention militaire fut organisée par les deux nations européennes en Amérique du Sud afin d’imposer leurs intérêts commerciaux. Le 25 mai 1948, la station du métro changea son nom pour Argentine, à la suite d’une visite en 1947 d’Eva Perón, épouse du président de l’époque, Juan Domingo Perón. Le nom de la rue changea aussi pour celui du pays sud-américain. De plus, pendant les premiers temps de la reconstruction de l’après-guerre, l’Argentine assistera la France avec une généreuse aide alimentaire. En baptisant une station de son métro par le nom de ce pays ami, la France remercie la main tendue par l’Argentine.

Située à la limite des 16ème et 17ème arrondissements, la station Argentine se situe sous l’Avenue de la Grande-Armée. À l’intérieur, son décor est formé de huit panneaux représentant des paysages naturels argentins et des endroits phares du pays comme le Parc National Los Glaciares, les chutes d’Iguazú, les Parcs Naturels Ischigualasto et Talampaya, entre autres.

-

Du pays gaucho passons à la station dédiée à l’homme qui participa à l’indépendance d’une bonne partie de l’Amérique latine : Bolívar. En effet, cet arrêt rend hommage à Simón Bolívar (1783 – 1830), homme politique vénézuélien qui crut fortement à l’idée que l’indépendance était l’option la plus bénéfique pour les Amériques. Bolivie, Colombie, Équateur, Panama, Pérou et Venezuela furent libérés du joug espagnol. Ainsi, Bolívar devint une icône politique et militaire ; encore aujourd’hui, sa pensée influence la manière de gouverner des pays comme le Venezuela et la Bolivie.

La station du métro parisien Bolívar fut ouverte le 18 juillet 1911. À l’époque, elle faisait partie de la ligne 7, mais, le 3 décembre 1967, elle fut attribuée à la ligne 7bis. Pendant la Première Guerre Mondiale, la station servit comme abri anti-aérien : les citoyens vécurent des moments de panique lors des bombardements du 11 mars 1918. Jadis, les portes de la station n’étaient pas adaptées pour s’ouvrir vers l’intérieur, ce qui provoqua une tragédie avec la mort de 66 personnes qui furent étouffées et écrasées dans un mouvement de foule causé par les usagers cherchant à sortir à tout prix. Depuis ce grave épisode, la ville commença à aménager peu à peu toutes les portes du métro pour qu’elles s’ouvrent vers de l’intérieur comme vers de l’extérieur.

La station Bolívar est située dans le 19ème arrondissement. Elle dispose d’une sortie à l’angle de l’Avenue Secrétan et l’Avenue Simón Bolívar et est proche de la Halle Secrétan qui abrite le marché couvert du même nom.

Trafic annuel entrant en 2012 : Argentine : 2.875.059 voyageurs et Bolívar : 600.123 voyageurs.

Trafic annuel entrant en 2012 : Argentine : 2.875.059 voyageurs et Bolívar : 600.123 voyageurs.